apocope_2012_13_2Devant la fameuse baigneuse d'Yzeure, l'atelier d'écriture de l'Association Apocope, pour une fois réuni avec tous ses participants. Assis : Simon, Françoise, Nathalie. Et un genou en terre : Maurice, Anne, Maryse et Virginie.

Si vous êtes intéressé(e-s), venez nous rejoindre tous les mardis de 18 h 30 à 20 h 30 au foyer des Jumelages, 20 rue de la Baigneuse à Yzeure. Mail : apocope03@gmail.com

Le principe de l'atelier d'écriture : l'animateur (ici -trice) fait une proposition d'écriture, le plus souvent accompagnée de la lecture d'un texte qui illustre l'intérêt de la proposition. Ensuite on écrit, puis chacun lit son texte à haute voix et on commente. La règle veut que chacun soit libre de lire ou non son texte. A chaque lecture, on commente, toujours de façon positive, de façon à aider l'auteur à aller plus loin dans son écriture.

A titre d'exemple, voici la première proposition d'écriture de la rentrée :

Proposition d'écriture

Je vous propose donc aujourd'hui pour commencer l'année de trouver chacun un mot qu'il ou elle aime pour son aspect riche, ou étrange, sa sonorité, tout ce qu'on voudra. On écrit ce mot sur un papier et on exploite…

Méthode

Prenez le temps de réfléchir : pensez à votre rapport aux mots quand vous étiez petits. Aux mots que vous ne parveniez pas à écrire, à ceux qu'on voulait vous faire apprendre, pensez à vos fautes d'orthographes habituelles (moi j'écris parolle avec 2 l, et j'y tiens). Pensez aux expressions qu'on entend souvent à la radio ou qu'on lit souvent dans les journaux, ces mots à la mode qui traînent partout… Pensez aux mots que vous aimez… Promenez-vous un moment dans le monde des mots avant d'élire celui de votre choix et de vous lancer dans le déshabillage, la chirurgie, l'utilisation pour votre propre compte.

Cette proposition partait d'une réflexion à propos du nom de notre association :

"C'est Simon qui a proposé de créer cette association et qui a trouvé le nom. Il faut savoir que Simon a une habitude : il emploie fréquemment dans ses textes un mot bizarre à la sonorité riche et quand on lui demande ce que ça veut dire, il répond "j'en sais rien mais j'ai trouvé que ça faisait bien là". Et en général, il a raison ! Même si le mot s'accorde mal à la construction de la phrase où il l'a mis, sa sonorité, les sens qu'il porte en lui en font un élément qui a sa place là où il est.

Moralité : on rigole de Simon et on a tort (sauf que rire, on a quand-même raison : c'est toujours ça de pris pour la suite). On a tort, dis-je parce que Simon nous montre ainsi qu'il écoute les mots. Au-delà du dictionnaire, il les entend, les goûte et les utilise sans vergogne à son service : les mots sont faits pour nous et pas nous pour les mots, nom d'un chien ! J'en reviens à notre atelier et à la question que je me pose souvent : trouver un exercice pour travailler sur le son-sens-contenant-contenu des mots. Travailler sans aucun respect pour le sens officiel tiré du dictionnaire, en cherchant à triturer le mot pour lui faire rendre tout son jus et se rendre soi-même attentif à sa richesse sonore et sémantique."

Comme exemple, je m'étais livrée à un petit délire sur le mot "Apocope", que vous trouverez dans l'article suivant...