Donc en méditant sur le mot Apocope, son sens et sa sonorité, j'en suis arrivée au délire suivant :

D'après le dictionnaire : "Apocope : chute d'un ou de plusieurs phonèmes à la fin du mot" (par exemple "ciné - matographe, métro-politain).
Donc une abréviation d'usage courant dans notre monde de dingue où on est trop pressés pour dire les mots en entier.

Qu'y a-t-il donc de caché, d'abrégé, dans apocope ? Il y a "Ah !", il y a "peau", il y a "cope"

Ah ! Peau, cop. Ah ! Sauver la peau du copain !
Mais quel copain ? Simon, bien sûr, pour nous l'auteur du mot.
Sauver la peau de Simon.
En danger, Simon ?
Bien sûr, grand mangeur, gros fumeur, content de vivre en plus (un péché, ça !).
Mais comment sauver la peau à Simon ?
Un régime, tiens. Cope : couper. Coupons le régime à Simon.
Désormais plus de petits gâteaux, plus de vins, plus de bière, rien que de l'eau et 5  fruits et légumes par jour.
Mais pourquoi  5 ? C'est trop peu, 10 ou 15, c'est bien mieux.
Attention crie Maryse, des fruits, oui, mais bio !
Oui c'est ça, des fruits et légumes bio, sans traitement après récolte, ni avant, ni pendant, sans pesticides, sans alcool, sans paraben, sans huile de palme, sans sucre ajouté, sans filet, sans retour, sans…
Mais qu'est-ce qui va rester ? Pauvre Simon sans rien à manger !
Rien à manger, mais pour son bien. C'est pour lui sauver la mise. Sauver la mise, c'est sauver la peau, pas de doute car sous la mise (correcte, la mise, ça va de soi), sous la mise y a la peau, la peau du cop.
Hein, Simon ?

Mais on aurait pu dire "appeau", "co-op" (co-opération, collaboration) ce qui nous aurait conduits à une chasse à l'affût des petits oiseaux menée de conserve.
Ou bien" happe"," eau", "cop" = "attrape donc l'eau mon gars !" Et j'en vois d'autres, plus compliqués et moins convenables que je garde donc pour moi !